« Antidemocratic and xenophobic forces of Europe have always been attracted by the European unity dream, the mystic of the imperial Rome»
(FB - 1998)
" Being a citizen is a voluntary act "
(FB - 2009)
"Thinking about the future only makes sense if it is aimed at improving one’s thinking about the present and about the trends at work"
(FB - 1998)
"The European project is not a dream, but a hope. It is rooted in rationality, which is not the case with dreams. We Europeans have seen our dreams end in nightmares too often not to be suspicious."
(FB - 2005)
"The strength of a network is judged at the information level of the weakest link, or more precisely the link furthest from the centre of the network."
(FB - 2004)
"Europe's destiny is escaping the two "Greats" and it will come knocking on the door of the Europeans."
(FB - 1989)
"The history of Europe is a bit like a multifaceted diamond. Everyone sees the same diamond... but no one sees exactly the same facets."
(FB - E-storia project, 2004)
"Let us dare the future as the founding fathers of Europe did"
(FB - "From EU to Euroland", 2001)
"The European citizenship can not be decreed. The European citizen can only be born..."
(FB - 1992)
"Every state is a minority in the EU. In any case, let’s not forget that if all our states went into building the EU it is because they all felt too small to face alone both their future and the rest of the world."
(FB - 2003)
"From a single (EU) Currency to a single (EU) Citizenship. The euro is only an instrument."
(FB - 1997)
"An empire is always providing platforms where conflicts and wars prolife­rate... an empire needs enemies, whilst a Community requires partners."
(FB - 1992)
"Europe’s history has taught us that dreams and nightmares are the two faces of the same coin"
(FB - “Europe is Peace” 2006)
"Everybody wants to have a successful enlargement whereas it is a successful enlarged EU which is important."
(FB - 2002)
"It is clear that the existing national political parties can not serve two masters: national and European."
(FB - IDE, 1989)
"It takes teamwork to make Europe move forward."
(FB - 2005)
"There is nothing like one European. The European is a team of Europeans... the only way we can imagine a European, it is a team of people from different countries, not a single man or woman."
(FB - Enschede (NL) 2012)
"On the horizon with a heaven of freedom and a land of responsibility, this is perhaps the soul of Europe."
(FB - 1992)
"The future challenge for the European project is not about Europe anymore, it is about the Europeans."
(FB - 2005)
"The more Brussels speaks English, the less Brussels understands the Europeans"
(FB - 2004)
"Occupy the Future of Europe!"
("What do YOU want as a future for AEGEE?" Franck Biancheri at the 2012 Agora in Enschede)
"To combine new technologies and democratic principles to succeed in the entry of European integration in the 21st century or e-democracy at the service of Euro-democracy"
(FB - EUSV, 2001)
"In the years 00 of the 21st century, democratization can only take place in the perspective of the democratic election of a European executive that remains to be invented."
(FB - EUSV, 2001)
"We must build the European Community, otherwise Europe will soon be culturally Americanised, politically Finlandised and technologically Japanised"
EGEE I, 1984

[:en]European International Policy: Its time for the EU to become internationally the most influential player[:fr]Politique internationale européenne: Il est temps que l’UE devienne l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être le plus puissant[:]

[:en][divider]

Its time for the EU to be a power project” … writes the Irish Times today 08/10/2019, “The emerging world order will increasingly be shaped by might, rather than law“… This is so far away from the ideas Franck Biancheri and Newropeans were advocating years ago. It’s time, for the sake of Europe and the world, in this now 20 years old new century to have a completely new approach of the international policy of the EU: “To become internationally the most influential player without wanting to become the most powerful” because “it is the limitation of the power, especially that of the large member states, which allowed the European project to develop itself.“… Read Franck Biancheri, read the programme of Newropeans for the 2009 elections! No it’s not too late and not too old! They offer breath, hope and visions in a world that seems to be crumbling under weapons and wars: [Newropeans] Programme for a European International Policy: influential not powerful (published on 02/10/2008)

[divider]

[Newropeans] Programme for a European International Policy: influential not powerful

__________________________

Together with the Newropeans the citizens of Europe are defining the role of the EU internationally for the next two decades. With this programme the Newropeans are the first political strength of the EU, which has democratically defined a concrete vision for the future European international policy and will present this vision to all 27 member states. Of course this future vision, just like the Newropeans project itself, should be understood in the context of the next 20 years. As in a world which is constantly changing it is an illusion to think that any developments and resulting decisions made will suffice for future generations. We have come to the conclusion that a growing amount of Europeans would like to see a clear defined role of the EU within the global community. In spite of this the leading politicians of the EU as well as the national political parties are incapable of offering clear answers. The Newropeans, on the other hand, have capably shown that the only possible way forward to define the future role of the EU is through European wide democratic discussion. To this programme belong also the last decisions adpted by the members about EU neighborhood policy, namely the Israel/Palestine conflict….

This text will be presented to the electorate at the next European election in June 2009. The text’s orientation is the basis for all decisions and voting of Newropean candidates for the European parliament (EP).

Newropeans is the only trans-European political movement which involves its members directly into the development of its programme and in the major political positions it takes. Discussions and votes are held during our Annual Assembly, Newropeans’ Agora, and on our intranet – which has become a testing ground for the future European online democracy. Until the elections to the European Parliament in 2009, Newropeans will develop a full programme including the future shape of a democratised European Union as well as outlines for the major policy fields the EU should be active in. The guideline for reflection on all these issues is how to enable 500 million citizens in 27 countries and of a multitude of cultural and linguistic backgrounds take democratic and efficient decisions together.

__________________________

2-10-2008 Newropeans

With this programme the Newropeans are the first political strength of the EU, which has democratically defined a concrete vision for the future European international policy and will present this vision to all 27 member states. Of course this future vision, just like the Newropeans project itself, should be understood in the context of the next 20 years. As in a world which is constantly changing it is an illusion to think that any developments and resulting decisions made will suffice for future generations. We have come to the conclusion that a growing amount of Europeans would like to see a clear defined role of the EU within the global community. In spite of this the leading politicians of the EU as well as the national political parties are incapable of offering clear answers. The Newropeans, on the other hand, have capably shown that the only possible way forward to define the future role of the EU is through European wide democratic discussion. To this programme belong also the last decisions adopted by Newropeans about EU Neighbourhood Policy, namely the European Strategy for the Stabilization of Israel-Palestine (2009-2024).

I – The five main features of European international policy:

1. The international policy of the EU – a completely new approach: To become internationally the most influential player without wanting to become the most powerful.

The success of the European integration project, which began after the second world war is due to, first and foremost, a historical and future orientated decision of the „founding fathers“. They decided to limit the vigour of the progression of the Europeans who carried out two suicidal wars within a short period of time and to create a new European order based on dialog, compromise and rights and the shared responsibility for wealth and problems. It is the limitation of the power, especially that of the large member states, which allowed the European project to develop itself.

Newropeans think that a comparable approach, with which the European experience can share with the rest of the world, can be used to carry out the international policy of the EU in the coming decades.

The way forward “is to become the most influential player worldwide without claiming to be the most powerful“. We have to limit our power internationally to legitimating our influence where necessary and to motivate our partners to follow the same path as ourselves..

This approach is neither political utopia (in any case no more so than 50 years ago creating a common market) or purely theoretical. Everybody knows the dangers and consequences of the misuse of power in the ever more complicated world of the 21 century. This global, networked, densely populated world with its realistic and growing dangers (climate, health….) can not be governed in the same way as the world was governed in the last century without future generations having to pay the terrible price for this. On the contrary, the Newropeans think we need the courage to create a whole new approach to be able to support international relationships to create a new world politics and to ask the Europeans if they want to realize this approach: In the whole of world history the only power which lasted was the power which exemplified.. This is also the case in international relationships and can be seen in the European integration project and other continents which have followed suite.

Newropeans calls this kind of politics “international policy” and not „foreign policy“ because the ideas of „foreign policies“ are in the world of the 21 century antiquated. It gives the European citizens and politicians the false impression that we can take care of the problems of the rest of the world without relating them to what is going on within the EU. The EU is a political entity with 500 million citizens, which consists of peoples with more than 25 different languages and who belong to different cultural and religious groups worldwide.

The EU is the central economic and trading place of the earth. In this respect any issues cannot be understood as „external“. This however results in the necessity to get involved on an international level either working directly together with different regions and states or indirectly via multilateral institutions or projects.

2. Joint European values toward serving a better world:

Because the EU is anchored within the world it is normal for the citizens to wish for politics which go toward creating a better world. It is necessary to promote European values and aims which are at the centre of the European integration project and promoted by the Newropeans: Peace, Freedom, Solidarity, shared prosperity, sustainable development, international constitutional state, human rights,   democratising of the institutions..

3. International politics of the EU under democratic control:

Newropeans believes that the international politics of the EU can only be effective and legitimate when they are based on the pillars of democratic processes, this means:

  • Transparent decision making in regard to the stipulations of international politics of the European Union, including international trading politics, and especially the EU positions regarding the decision making bodies of the large multi-lateral institutions (UNO, WTO, International Monetary Funds, World bank,…);

  • An annual debate in the EP regarding practices of European Foreign Policy of the coming years and subsequent ballot with qualified majority. These practices would be initially submitted to the EP by the present highest authority for joint foreign and defence politics at a later stage by the minister of international affairs in the European Parliament;

  • Voting of the EP on every Mission of European troops. This measure can only be adapted once a joint defence policy has been agreed upon, which defines the military structures of European politics. Newropeans will open the debate on this in the II quarter of 2007. In the meantime Newropeans recommends a voting of the European council with a simple majority concerning military missions within a multilateral framework (EU or NATO);

  • A trans-European referendum with a double majority (majority of European citizens and majority of the member states) to decide upon any future EU enlargement. This process shall ensure that the European citizens can directly and indirectly influence the complete practices of European international politics – and not short sighted national interest groups, private lobbies or external European influences, which all stand in contradiction to the aims of democratising the central points of the political project of the Newropeans.

4. Efficient enforcement of common European interests:

In most domains (law, trade, development, currency, safety, defence) the EU has become an institution that represents the common interests of all its members. It is in the interest of all the 500 million citizens within the EU to make sure that the international political aims be clearly defined and simultaneously implemented so that they can profit from the EU’s diplomatic weight. This kind of control by EU citizens is possible mainly through annual votes and debates on the EU’s international politics and through the European elections, where the candidating parties present options concerning Europe’s global role. The advancement of common European interests requires each member-state to adhere to common targets in the key domains (law, trade, development, currency, safety, defence). Irrespective of the procedures within the EU institutions, the national and European elections are the best means for European citizens to ensure that politicians do not favour short term national interests or submit to external- European interests.

5. An International policy which respects vital national interests:

It must be in Europe’s common interest to respect and integrate the vital interests of its member states. This is essential for the balance between uniformity and diversity as without this balance the process of European integration would not be possible. The present lack of long-term international visions is one reason why many European citizens are afraid that their vital national interests will be ignored in an EU incapable of replacing these by common aims.

Newropeans is convinced that, firstly, confidence has to be restored in the EU’s ability to promote common interests. At the same time the protection of vital national interests of all member states must be secured before a truly common international policy (based on qualified Majority voting) can be implemented.

Within the domain of International Policy it is the EU’s task in the coming decade (2009 -2019) to analyze precisely what the vital interests of each member state are and to grant them veto rights in decisions on International EU Policies. In accordance with the guidelines of International Policy, Newropeans propose the transition from veto rights to qualified majority voting from 2019 onwards (or indeed earlier, if the citizens’ confidence has grown.)

The interests of all Europeans in the realm of international relations are increasingly converging, thus reducing the likelihood of dissent. Consequently, in order to prevent a decision-making blockage ( particularly if a government decides to play the national card to win popularity)-which would be damaging for all Europeans- each state has to lay down a maximum of two vital national interests for the period from now until 2019. These national interests have to be confirmed by a parliamentary vote in order to be accepted by the EU. Decisions in the domain of International Policy, other than those vital national interests laid down in advance, will be decided by a double simple majority (majority of European Parliament and majority of member-states).

By implementing this procedure, which systematically renders citizen control over basic decisions in EU International Policy, including those decisions made on a national basis, Newropeans strive to promote the democratisation of the EU. 

II – EU’s International Policy Goals:

1. Protect common vital interests: developing of strategical partnerships- USA/Russia/Turkey/Japan, China/India

In the coming decades some states (USA/Russia/Turkey/Japan/China/India) will have considerable influence on factors directly concerning the EU. It is in the EU’s interest to develop “Strategical partnerships” with these states, rather than have its individual member states develop special relations by numerous bilateral agreements. Strategic Partnerships will mean a new direction in European Policy, combining the co-operation in many sectors and covering many questions.: security, human resources, energy, technology and development, and trade. Other areas (culture, national law) would remain the pursuit of the member states. In the case of the USA and Turkey these strategic partnerships may require a fundamentally new definition of the relations that have evolved over several decades. The EU for example has to work towards a new definition of NATO as an organization of cooperation between North America and the EU that rests (in all its structures) on two pillars: a Northern American and European. Because this would mean a sole European representation, direct participation of individual EU member-states in Nato’s decision-making would thus be unnecessary.

If we take the analogy of an airplane, the strategic partnerships of the EU require a cockpit, a hull, engines and wings.

1. Cockpit: a political leadership which involves the executive, the EP and the government of the partner state;

2. Hull: an infrastructure composed of public and institutional representatives particularly the Foreign Ministries of the member-states and the EU;

3. Engine: a (specific) drive resulting from economic, financial, military and scientific exchange;

4. The wings: medium – and long term exchange programmes between universities and cooperation between NGOs and communities as aerofoils. This component must be able to survive possible political turbulence.

Turkey: To end the political and democratic stalemate of Turkey’s bid for membership an alternative form of cooperation is needed immediately, recognizing Turkey’s importance to the EU. The EU has to develop a strategical partnership with Turkey, based on the model that is being developed with the USA, China, Japan and India. This would send a clear signal to Turkey.

The development of these Strategic Partnerships must become one of the central points of the annual debate and votes in the EP concerning EU’s International Policy.

For the other states in question the process has to be instigated asap, possibly following the model of special relations, which is evolving with Russia.

2. Ensuring that EU’s immediate neighbours participate in its wealth: implementing a policy of privileged neighbourhood (Belarus-Ukraine-Caucasus-Middle East_Northern Africa)

The EU can demonstrate its capability of developing a novel international policy-(exerting influence without the use of force) -in relation to its direct neighbours, beyond the strategic partners Russia and Turkey. The EU needs to create equal relationships between states of extremely different sizes and power. In relation to its direct neighbours the EU can prove that it is indeed pursuing a new policy; one not directed towards annexation or control, but willing to share its wealth, democracy and peace. And it is this policy that will enable the EU to break the vicious circle of endless expansion.

The EU as a political entity cannot claim to embody European Identity. In order to establish this kind of relationship with its neighbours, it has to be based upon the Council of Europe, which is the only institution embodying European identity and values. This neighbourhood policy cannot succeed before the EU has established positive collaboration in economy, trade, social and strategic matters with its neighbours. Simultaneously the EU has to strengthen the Council of Europe by granting it substantial financial means so that it can open itself to all neighbour states and to promote its activities in the field of education, law, and politics. First and foremost, it is namely with the help of the Council of Europe, an open area of cooperation, that the protection of human rights and democracy will spread efficiently around the EU.

At the same time the EU has to actively link these countries with the common market and the Euro, of which they are becoming ever more dependent on. This process however has to be combined with the process of leading these other countries closer to the European Council and its democratic and legal standards.

3. Organising the foundations for a global sustainable government for the 21st century: developing structured partnerships (Africa-AU, Latin America-Mercosur, Asia-Asean)

Beyond its closest neighbourhood, the EU must contribute actively to the success of the attempts of regional integration which are developing on many continents like Africa (African Union), Latin America (Mercosur) and Asia (Asean).

The European Union is the oldest and most advanced integration as yet. Therefore, the EU has a moral duty to offer technical and political assistance towards the efforts of integration of other regions of the world in order to allow them to overcome the national divides and to gain a larger internal prosperity and a wider external influence. It is of direct political interest for the EU as well to witness the development of other entities sharing the same double constraint of unity and diversity. Within this lies the greatest global challenge of the 21st century.

Finally, the European Union has to contribute to the struggle against the fragmentation of the basis of the United Nations system and establish a new legitimacy of the international action, by facilitating the rising of a new base composed of wide regions and integrated continents.

This regionalisation process characterises the 21st century.

The integration of the Arab World in this process constitutes a major challenge. The EU must be ready to contribute actively to face this challenge since it is today the only one able to bring moral, political and technical support to the dream of Arab unity. This dream of Arab unity was interrupted in the fifties at the very moment when the Europeans engaged in their own common adventure. The dream of Arab unity is yet the only one able to oppose efficiently the dream of Muslim unity which is claimed by the extremists of the region of the world.

This question, Arab unity or Muslim unity, will be one of the core questions of the next decade of international relations; and it has a direct impact in the EU itself. The Europeans must therefore make it a priority and offer the Arabs help to revive the common Arab dream, concentrating on the logic of democracy and peace. It is a long-drawn-out task, but not more ambitious than that of the Americans accomplished after 1945 in order to try and solve, once and for all, the issue of the intra-European wars which poisoned the first half of the 20th century. By acknowledging the complexity of a task and its difficulty, and by accepting to face the challenge, a political project gives an insight of its value, and get stronger. It is a matter of ambition commensurate with the common political project and its 500 millions citizens.

4. Reorganising the international institutions (UN, WTO, …)/ Reinforcing the efficiency of the multilateral fight against the trans-national threats: improving the trans-national decision making and action modes (fight against organised crime, poverty, epidemics, pollution, …)

The global government of the 21st century must at any cost avoid returning to the “international law of the jungle”. The Europeans must contribute in a decisive way to found the international law on a global society able to have it enforced. The European Union must contribute to reorganise the United Nations system whose base is increasingly fragmenting with 4 times more member States in 50 years.

The EU itself must aim to speak with a single voice, and set an example of the regionalisation of the fundamental UN actors. Only by progressively bringing closer the size of the political actors on the basis of the UN functioning, will the global system be able to aim towards a more democratic functioning. The EU member States are getting increasingly conscious of the lack of efficiency of the international institutions at the hands of the great planetary challenges. The EU must therefore contribute to improve the transparency, the quality and the legitimacy of the decisions made in the multilateral frame, while reinforcing the efficiency of the enforced policies.

Newropeans thinks that one of the first steps is to condense the approx. thirty agencies of the Bretton Woods system (UN, IMF, World Bank, UNICEF, UNDP, WTO, FAO, etc…) into about ten organisations. This small number of international organisations should be placed under direct control of an Operational Council, composed of about twenty members (permanent members of the enlarged Security Council for instance). Besides, the EU should gradually substitute its national presence in the international financial and economic organisms by a representation of the Eurogroup which will by 2014 contain almost all the EU member States. Concerning The Security Council, Newropeans recommends a development in two phases mirroring the complex process of the fusion of common and national interests within the EU: from 2009 to 2019, the two member States which currently possess a permanent seat at the UN Security Council must join together to allow a third one enter it: Germany. Likewise, each continent should be represented by two to four permanent members (according to its population).

At the same time, within the EU, the implementation of the common international policy leads naturally to the decisions of the permanent European members of the Security Council which should be discussed beforehand within the common European entreaties (Europeans Executive and Parliament). The objective is to define, when possible, a common position which every European member (permanent or not) will be able to stand for. From 2019, the European Government, recommended by Newropeans, and the European Parliament should delineate the positions of the European members (permanent or not) at the Security Council, would the Europeans have only one permanent seat at the UN or three.

The EU must also clearly state that the fight against terrorism is not a global priority. The fight against terrorism is not only inefficient in the absence of dealing with the causes, among them poverty, but it is also counter-productive because it reinforces distrust, fear and hatred on the whole planet. The growing human and financial resources which are allocated to it would be of better use in fighting against organised crime, poverty, epidemics, pollution, landmines, etc…

III – Instruments for an EU international policy:

1. Putting together diplomatic resources:

For Newropeans, it is obvious that putting together part of our member states’ diplomatic resources is a necessity.

  • On the one hand, even the richest of our countries no longer have sufficient financial resources to finance their entire diplomatic system; an economy of scales is required; 

  • On the other hand, the implementation of a common EU international policy requests the set up of common tools and human resources.

For Newropeans, it is time to restrict intra-EU diplomatic services to institutions with cultural, scientific or consular missions solely. The era of having embassies throughout member states is over and Newropeans will strive to further this trend in the years to come. In the same way, it is important to take a large part of EU policies away from member states’ foreign ministries toward ad hoc administrations placed under the direct responsibility of heads of government. Such a move will enable diplomats to concentrate more on the international policies of the EU as much as of their country, instead of dealing with EU affairs as much as with international affairs.

Thus, the suppression of the 26 intra-EU embassies of each of the 27 member states (702 in total), will unblock significant human and financial means in order to run a proactive and ambitious common diplomacy. Newropeans suggests that half of the money saved here is used to finance the common EU diplomatic body and its instruments.

According to Newropeans, these key instruments are the following:

  • creation of a fixed-term status of European diplomat (10 years maximum), requiring the command of at least three EU languages plus one non-EU language. The limited duration of the position will result in more staff rotation and greater exchange among national diplomats and sectors of activity.

  • creation of a strong training network of diplomacy schools, enabling future diplomats to train in three different EU countries and two non-EU countries. 

  • EU support to the development of « European houses » gathering embassies or consular services in third countries. Such « European houses » could gather only part of EU member states along regional or linguistic affinities (Scandinavia, Latin, Slavish…) or along more political affinities. This in fact is already happening in some third countries with Scandinavian, Franco-German or Franco-British regroupings.

2. Strengthening the role of non-institutional European networks:

For Newropeans, the players who best illustrate the EU’s ambition « to become the most influential while refusing to become the most powerful global player » are those noninstitutional European networks, made up of associations, universities, local authorities, research centres, medias, etc.

Non-institutional European networks have already knitted a very dense web all over the planet thanks to their multiform action. They are the natural and spontaneous vehicles of the EU’s general international political message. Their strength is tangible and based on exemplification, because they gather people living with those whom we want to build lasting international relations with.

However, Newropeans is aware that the activity and utility of these non-institutional networks depend on the reality of their being non-institutional and of their remaining a reflection of the European society’s diversity. Therefore they should not become “auxiliaries” of the diplomacy or the institutions.

For this reason, Newropeans proposes three very tangible key-measures aimed at supporting and developing the momentum provided by these non-institutional networks, while positively balancing the relation between financial backers and non-institutional players:

  • to increase EU and national budgets available for these actions. Part of the money saved from the suppression of intra-EU embassies could be used to that purpose

  • to consult via Internet on a yearly basis all non-institutional partners funded through EU international programmes, in the framework of general evaluations of these programmes. The result of these yearly evaluations will be directly sent to both the common executive and the European Parliament, without any interference on the part of the institutions in charge of the programmes.

  • to develop within the European diplomatic body and the national diplomatic services, common teams in charge of assessing the quality of the action conducted by non-institutional players.

3. An independent common defence:

Besides direct defence of the EU and the security of its citizens, the common EU defence should serve the action of the United Nation in favour of peace, stability and the implementation of international law. On September 3rd the members of Newropeans adopted the programme about European defence policy (NM 18/09/2008).

Download the pdf: [Newropeans] Programme for a European International Policy: influential not powerful (published on 02/10/2008) © Franck Biancheri Documentation & Association des Amis de Franck Biancheri (AAFB)

[divider]

Today the transeuropean political movement “Newropeans” as it was created by Franck Biancheri in 2000 no longer exists. The archives can be consulted in the frame of the Franck Biancheri Documentation managed by the AAFB (Association des Amis de Franck Biancheri). The AAFB has been created in 2012 after the decease of Franck Biancheri (Oct. 2012) by his direct heirs, and is beside the FJME (Fondation Jean Monnet pour l’Europe) in Lausanne, the unique legitimate structure to keep and publish the works and memories of Franck Biancheri.

[divider][:fr][divider]

Il est temps pour l’UE d’être un projet de pouvoir » … écrit aujourd’hui le Irish Times 08/10/2019, “L’ordre mondial émergent sera de plus en plus façonné par la force, plutôt que par la loi » … C’est si loin des idées que défendaient Franck Biancheri et Newropeans il y a des années. Il est temps, pour le bien de l’Europe et du monde, en ce nouveau siècle qui a maintenant 20 ans, d’avoir une approche complètement nouvelle de la politique internationale de l’UE : “Devenir l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être le plus puissant” parce que c’est “l’inhibition de la puissance, en particulier celle des « grands Etats membres », qui a progressivement permis de faire avancer le projet communautaire”. Il faut relire Franck Biancheri, relire le programme des Newropeans pour les élections 2009 ! Non, ce n’est ni trop tard, ni dépassé ! Ils offrent souffle, espoir et visions dans un monde qui semble s’écrouler sous les armes et les guerres : [Newropeans] Grands axes du programme de Newropeans en matière de politique internationale de l’Union européenne (UE) : Devenir l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être le plus puissant (en date du 01/06/2007).

[divider]

[Newropeans] Grands axes du programme de Newropeans en matière de politique internationale de l’Union européenne (UE) : Devenir l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être le plus puissant.

__________________________

Quand, avec Newropeans, les citoyens européens définissent le rôle de l’UE dans le monde pour les deux décennies à venir. Après six mois de très riches débats, les membres de Newropeans ont défini et approuvé le texte suivant qui définit les grands axes de la politique internationale de l’Union européenne que Newropeans présentera aux électeurs lors des élections européennes de Juin 2009. Les orientations présentées ici constituent donc le fondement de toutes les décisions et votes que prendront les élus de Newropeans au Parlement européen. Avec ce document programmatique, Newropeans s’impose comme la première force politique de l’UE à avoir défini démocratiquement une vision concrète de la future politique internationale européenne; et à avoir soumis cette même vision à l’ensemble des citoyens européens de 27 Etats membres. Bien entendu, comme l’ensemble du projet politique Newropeans, cette vision d’avenir est conçue pour au plus 20 ans car dans un monde aussi complexe et changeant, il nous paraît illusoire de prétendre discerner les tendances et élaborer les politiques au-delà d’une génération. Nous constatons qu’un nombre croissant de citoyens européens souhaitent que l’UE définisse clairement son rôle dans le monde. Pourtant, les dirigeants politiques de l’UE et les partis politiques nationaux s’avèrent incapables de leur apporter une réponse claire à ce sujet. Dès lors, Newropeans démontre par l’exemple que c’est uniquement en engageant un large débat démocratique à l’échelle de toute l’Union qu’il est possible de déterminer le futur rôle de l’Europe dans le monde. Dans les mois à venir, le groupe de travail « Politique Internationale » de Newropeans continuera à affiner le programme, en soumettant régulièrement de nouvelles propositions spécifiques au vote des membres de Newropeans.

Les propositions qui suivent ont été adoptées le 22/05/2007 par les membres de Newropeans après plusieurs semaines de débats et un e-vote trans-européen (sur intranet).

__________________________

I – Les cinq fondements de la politique internationale de l’UE :

1. Politique internationale de l’UE – une ambition novatrice essentielle : Devenir l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être le plus puissant.

Le succès du projet de l’Europe communautaire qui a été lancé après la Seconde Guerre Mondiale réside notamment dans le choix historiquement novateur des « Pères fondateurs » : il s’agissait d’« inhiber la puissance » qui avait entraîné deux fois de suite les Européens sur la voie des guerres suicidaires, et de refonder l’ordre international européen selon une logique de dialogue, de compromis, de droit et de mise en commun des richesses et des problèmes.

C’est l’inhibition de la puissance, en particulier celle des « grands Etats membres », qui a progressivement permis de faire avancer le projet communautaire.

Newropeans estime qu’une ambition de même nature, conçue comme un partage d’expérience avec le reste du monde, doit animer l’action internationale de l’UE dans les décennies à venir. Il faut « devenir l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être leplus puissant » : il s’agit d’inhiber notre propre puissance sur la scène internationale pour légitimer notre pouvoir d’influence sur le cours des événements et entraîner nos partenaires dans des directions communes.

Cette ambition n’est ni une utopie politique, en tout cas pas plus que ne l’était l’utopie du marché commun, il y a 50 ans, ni un a priori théorique ; Chacun peut constater combien  l’usage de la puissance est une option dangereuse et imprévisible dans le monde chaque jour plus complexe du XXIe siècle. Ce monde globalisé, interconnecté, densément peuplé, soumis à des dangers réels croissants (risques climatiques, risques sanitaires, etc.) ne pourra pas être géré comme le monde des siècles précédents sous peine de faire payer aux générations futures un prix terrible. Au contraire, Newropeans estime qu’il faut avoir l’audace d’innover en matière de relations internationales et construire une nouvelle gouvernance globale et proposer aux Européens d’en être les instigateurs : la seule force historique est celle de l’exemple. Cela vaut aussi en matière de relations internationales, comme l’exemple de la création de l’Union européenne a commencé à le montrer sur plusieurs autres continents. 

Newropeans qualifie cette politique d’« internationale » et non pas d’« extérieure » car dans un monde globalisé du XXIe siècle, le concept d’ « extérieur » est dépassé : il induit en erreur citoyens et décideurs en leur faisant croire qu’il est possible de penser au reste du monde sans constamment se référer à ce qui se passe à l’ « intérieur » des pays membres de l’UE elle-même. L’UE est une entité politique de 500 millions de citoyens constituée de peuples qui parlent plus de 23 langues différentes et qui appartiennent à des ensembles culturels ou religieux présents sur l’ensemble des continents de la planète. L’UE représente le premier pôle économique et commercial de la planète. Dans ces conditions, plus rien ne peut lui être « extérieur ». En revanche, la nécessité d’agir à l’échelle internationale est bien réelle, en interaction avec les autres régions et états du monde, directement ou via des institutions et des projets multilatéraux.

2. Des valeurs communes aux Européens au service de la construction d’un monde meilleur :

Puisque l’Union européenne est ancrée « dans le monde », il est normal que ses citoyens souhaitent que l’UE agisse dans ce monde qui nous est commun, à nous Européens et aux autres habitants de la planète, au service d’un monde meilleur. Il s’agit de promouvoir les objectifs et valeurs qui sont au coeur du projet communautaire lui-même et de l’action de Newropeans dans l’Union européenne: paix, liberté, solidarité, prospérité partagée, développement durable, ordre international fondé sur le droit, droits de l’Homme, et démocratisation des institutions.

3. Une politique internationale de l’UE contrôlée démocratiquement : Newropeans estime nécessaire, pour qu’elle puisse être légitime et efficace, de fonder les grandes orientations de la politique internationale de l’UE sur des procédures démocratiques, à savoir :

  • rendre transparent le mode de décision des grandes orientations de politique internationale de l’UE, y compris en matière commerciale, et en particulier ses positions communes au sein des grandes institutions multilatérales (ONU, OMC, FMI, Banque Mondiale, …)

  • obtenir un débat annuel au Parlement européen (PE) sur les grandes orientations de la politique extérieure de l’UE pour l’année à venir, suivi d’un vote à majorité qualifiée. Ces orientations devraient être présentées, dans un premier temps, par l’actuel Haut Représentant de l’UE pour la politique extérieure et de sécurité commune (PESC), puis par le Ministre des Relations Internationales au sein du Gouvernement européen.

  • exiger un vote positif du Parlement européen pour tout engagement de troupes européennes. Cette mesure ne pourra être mise en oeuvre qu’une fois adoptée la politique de défense de l’UE qui clarifiera les dispositifs militaires communs. Newropeans entame au 2e trimestre 2007 son débat sur cette question. Dans l’attente, Newropeans préconise de soumettre au vote du Conseil européen à la majorité simple tout engagement de troupes européennes dans un cadre multinational (UE ou OTAN).

  • exiger un référendum trans-européen à double majorité (majorité des Européens et majorité des Etats-Membres) pour tout futur élargissement.

Ces procédures visent à assurer que les citoyens européens déterminent bien, directement ou indirectement, ces grandes orientations de politique internationale, et non des intérêts nationaux de court terme, des lobbies privés ou des influences extra-européennes, tous contradictoires avec l’objectif de démocratisation au coeur du projet politique de Newropeans.

4. L’affirmation efficace des intérêts communs Européens : Dans la plupart des domaines (principes, commerce, développement, monnaie, sécurité, défense), de manière croissante, l’UE est désormais une entité unique dont les intérêts sont communs à l’ensemble de ses membres.

L’intérêt collectif des 500 millions de citoyens que l’UE rassemble est de s’assurer que les objectifs de la politique internationale de l’UE sont bien définis et mis en oeuvre collectivement afin de bénéficier pleinement du poids représenté par l’UE. Un tel contrôle citoyen est possible grâce notamment à des débats et des votes annuels sur la politique internationale de l’UE, et à des élections européennes mettant en lice des visions alternatives claires du rôle de l’UE dans le monde.

La promotion de l’intérêt commun européen commande à chaque Etat membre de jouer le jeu collectif dans différents domaines-clé (principes de droit international, commerce, développement, monnaie, sécurité, défense). Là encore, au-delà des processus institutionnels, c’est par des votes nationaux et européens que les citoyens pourront le mieux s’assurer que les dirigeants politiques ne privilégient pas des intérêts national de court terme, ou ne se soumettent pas à des intérêts extra-européens.

5. Une politique internationale de l’UE définie dans le respect des intérêts vitauxnationaux:

L’intérêt collectif de l’UE doit savoir intégrer et respecter les intérêts vitaux de chaque Etat-membre. C’est le coeur même de l’équilibre unité/diversité qui est l’essence du processus d’intégration européenne.
L’absence actuelle de vision commune de long terme a d’ailleurs renforcé chez de nombreux citoyens européens la crainte d’une dilution de leurs intérêts vitaux nationaux au sein d’une UE incapable de leur substituer des intérêts communs crédibles. Newropeans croit donc qu’il faut redonner confiance aux citoyens dans la capacité de l’UE à promouvoir les intérêts communs des Européens tout en préservant les intérêts vitaux de chaque Etat membre, avant de pouvoir mettre en oeuvre une politique internationale vraiment commune, uniquement fondée sur des majorités alifiées.

Le défi de l’UE en matière de politique internationale pour la décennie à venir (2009-2019) est donc d’identifier précisément les intérêts vitaux de chaque Etat membre et de leur donner un droit de veto pour des décisions de politique internationale. Au-delà de 2019, ou peut-être avant avec la confiance renouvelée des citoyens européens, Newropeans préconise le passage de la règle du veto à celle de la majorité qualifiée pour les grandes orientations de la politique internationale.

Les intérêts des Européens dans le monde convergent de façon croissante, ce qui limite de facto les thèmes de désaccords majeurs. Dès lors, afin d’éviter un blocage décisionnel qui serait néfaste à tous les Européens (notamment si un gouvernement décide pour des motifs électoralistes de jouer la carte nationaliste pure), chaque Etat-membre devra définir et déclarer d’ici 2019 au maximum deux intérêts vitaux. Ces intérêts vitaux devront être validés par un vote du Parlement national pour être reconnus comme tels par l’UE. Hors intérêts vitaux nationaux identifiés préalablement, les décisions en matière de politique internationale commune seront prises selon une règle de double majorité simple (majorité du Parlement européen et majorité des Etats-Membres).

Pour conclure, Newropeans propose de renforcer la démocratisation de l’UE par la mise en oeuvre de ces procédures, qui donnent systématiquement aux citoyens la maîtrise des grandes orientations de la politique internationale de l’UE, y compris au niveau national. 

II. Objectifs de la politique internationale de l’UE

1. Protéger des intérêts vitaux communs : Développement de partenariats stratégiques – USA / Russie / Turquie / Japon / Chine / Inde.

Dans les décennies à venir, quelques Etats du monde (USA/Russie/Turquie/Japon/Chine/Inde) exerceront une influence particulièrement importante sur des facteurs essentiels affectant directement l’UE. Avec ces Etats, l’UE a intérêt à construire des « partenariats stratégiques » de manière intégrée et non sous forme de multiples accords bilatéraux entre chaque Etat-Membre et l’Etat partenaire. Les partenariats stratégiques sont des instruments nouveaux, qui combinent des coopérations dans de multiples secteurs ou sur de nombreux enjeux : sécurité, ressources humaines, énergie, technologie, commerce notamment. Les autres aspects (culturels, juridiques, etc…) restent du domaine de la politique bilatérale pour chaque Etat-membre.

Pour les Etats-Unis et la Turquie, ces « partenariats stratégiques » pourront imposer une redéfinition fondamentale du type de relations élaborées, il y a plusieurs décennies. Ainsi, l’UE doit lancer une redéfinition de l’Alliance Atlantique fondée sur deux piliers (Américain et Européen) et transformer toutes les structures de l’Alliance sur ce format. La participation directe des Etats-membres de l’UE au processus de décision de l’Alliance sera rendue caduque du fait d’une représentation européenne unique.

A l’image des avions, les partenariats stratégiques de l’UE doivent être constitués d’un cockpit, d’une carlingue, de moteurs et d’ailes, à savoir :

  • le cockpit : un pilotage politique qui implique à la fois, d’une part l’exécutif et le Parlement européens, d’autre part les responsables politiques du pays partenaire ;

  • la carlingue : une infrastructure, qui est composée des acteurs publics et institutionnels nationaux et communautaires, notamment dans la sphère diplomatique ;

  • les moteurs : une dynamique centrale, qui est alimentée par les échanges et coopérations économiques, financiers, militaires et scientifiques ;

  • les ailes : une composante durable qui est constituée de politiques d’échanges universitaires à moyen et long terme, sous forme de partenariats entre ONG et collectivités locales. Cette composante doit être en mesure de surmonter les éventuels « trous d’air » politiques du partenariat.

Pour ce qui est de la Turquie, l’impasse politique et démocratique du processus d’accession à l’UE impose d’anticiper rapidement une forme alternative de partenariat qui reconnaisse l’importance de la Turquie pour l’UE. L’UE doit donc élaborer avec la Turquie un partenariat stratégique sur le modèle de ce que l’UE va faire avec la Russie, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l’Inde. Cela constituera un message fort dans cette direction.

L’évolution de ces partenariats stratégiques devra être l’un des grands chapitres du débat et du vote annuel de politique internationale au Parlement européen. Pour les autres Etats concernés, le processus doit être lancé au plus vite, sur le modèle de ce qui est en train d’émerger au sujet de la Russie. Newropeans élaborera d’ici à 2008 un contenu détaillé pour proposer à chaque partenaire l’élaboration de tels partenariats stratégiques.

2. Assurer le partage de la prospérité européenne avec ses voisins directs : Mise en oeuvre d’une politique de voisinage privilégié (Belarus-Ukraine-Caucase-Proche Orient – Afrique du Nord).

L’Union européenne peut concrètement illustrer sa capacité à développer une politique internationale novatrice – d’influence sans recours à la puissance – avec ses voisins immédiats, hormis la Russie et la Turquie qui doivent devenir des partenaires stratégiques.

Car il s’agit en la matière pour l’UE de fonder des relations égalitaires entre Etats de taille et de puissance très différentes. C’est avant tout dans les relations avec son voisinage direct que l’UE doit pouvoir démontrer qu’elle est bien une entité politique nouvelle, qui ne vise pas à annexer ou contrôler son environnement, mais plutôt à partager avec ses voisins les bénéfices de la prospérité, de la démocratie et de la paix. C’est aussi en mettant en oeuvre une telle politique que l’UE brisera le cercle vicieux d’un impossible élargissement sans fin.

L’UE en tant qu’entité politique ne peut pas prétendre incarner l’identité européenne. Afin d’établir cette politique européenne de voisinage, l’UE doit donc s’appuyer sur Conseil de l’Europe qui est une institution plus large et qui est le seul vrai dépositaire de l’identité européenne et de ses valeurs.
Cette politique de voisinage ne peut réussir que si l’UE met en place des coopérations positives avec ses voisins dans les domaines économiques, sociaux, commerciaux, stratégiques et politiques. Parallèlement, l’UE doit renforcer le Conseil de l’Europe en le dotant de moyens financiers importants pour l’ouvrir potentiellement à tous ses pays voisins et développer son action dans les domaines éducatifs, juridiques et politiques. C’est notamment via le Conseil de l’Europe, espace ouvert de coopération que la promotion des droits de l’Homme et de la démocratie pourront le plus efficacement s’étendre autour de l’UE.

Parallèlement, en matière économique et commerciale, l’UE doit associer activement ces pays au Marché Unique européen et à la zone Euro, dont ils dépendent de facto de manière croissante. Mais, ce processus doit être parallèle à celui qui permet à ces pays de se rapprocher du Conseil de l’Europe et de ses standards démocratiques et juridiques.

3. Organiser les fondements d’une gouvernance globale durable pour le XXIe siècle: Elaboration de partenariats structurants (Afrique-UA, Amérique latine-Mercosur, Asie- Asean).

Au delà de son voisinage immédiat, l’UE doit contribuer activement au succès des tentatives d’intégration régionale qui se développent sur plusieurs continents comme l’Afrique (Union africaine), l’Amérique latine (Mercosur) et l’Asie (Asean).

L’Union européenne est la forme d’intégration régionale la plus ancienne et la plus avancée à ce jour. À ce titre, l’UE a un devoir moral d’assistance technique et politique aux efforts d’intégration d’autres régions du monde pour leur permettre de dépasser les clivages nationaux et d’acquérir une plus grande prospérité interne et une plus grande influence externe. C’est aussi l’intérêt politique direct de l’UE de voir se développer d’autres entités partageant comme elle la double contrainte d’unité et de diversité. C’est l’un des grands enjeux globaux du XXIe siècle.

Enfin, l’Union européenne doit contribuer à lutter contre la fragmentation de la base du système des Nations Unies et asseoir une nouvelle légitimité de l’action internationale, en facilitant l’émergence d’une nouvelle base composée de grandes régions et de continents intégrés.

Ce processus de régionalisation caractérise le XXIe siècle. L’intégration du monde arabe dans ce processus en constitue un défi majeur. L’UE doit être prête à contribuer activement à relever ce défi car elle est la seule aujourd’hui qui peut apporter un soutien moral, politique et technique au rêve d’unité arabe. Or ce rêve d’unité arabe a été interrompu dans les années 50 au moment même où les Européens se lançaient dans leur propre aventure communautaire. Le rêve d’unité arabe est pourtant le seul à pouvoir s’opposer efficacement au rêve d’unité musulmane qui est revendiqué par les extrémistes de cette région du monde.

Cette question, unité arabe ou unité musulmane, sera au coeur de la prochaine décennie des relations internationales; et elle a un impact direct dans l’UE elle-même. Les Européens doivent donc en faire l’une de leur priorité et proposer aux Arabes de les aider à relancer le rêve commun arabe, en plaçant à l ‘évidence ce parrainage dans une logique de démocratie et de paix. Il s’agit d’une tâche de longue haleine, mais pas plus ambitieuse que celle qu’ont relevé les Américains après 1945 pour essayer de régler une foi pour toute la question des guerres intra-européennes qui ont empoisonné la première moitié du XX° siècle. C’est en reconnaissant la complexité d’une tâche et sa difficulté, et en acceptant d’en relever le défi, qu’un projet politique donne la mesure de sa valeur, et se renforce. Il s’agit là d’une ambition à la mesure du projet politique communautaire et de ses 500 millions de citoyens. 

4. Réorganiser les institutions internationales (ONU, OMC, …) / Renforcer l’efficacité de la lutte multilatérale contre les menaces transnationales : Amélioration des modes de décision et d’action transnationaux (lutte contre crime organisé, pauvreté, épidémies, pollution, ..)

La gouvernance globale du XXIe siècle doit à tout prix éviter un retour à la « loi de la jungle internationale ». Les Européens doivent contribuer de manière décisive à fonder le droit international sur une société globale en mesure de le faire respecter. L’Union européenne doit contribuer à réorganiser le système des Nations Unies dont la base se fragmente toujours plus avec quatre fois plus d’Etats membres en 50 ans. L’UE doit elle-même doit viser à parler d’une seule voix, et donner l’exemple d’une régionalisation des acteurs fondamentaux de l’ONU. C’est uniquement en rapprochant progressivement la taille des acteurs politiques à la base du fonctionnement de l’ONU que le système global pourra peu à peu s’orienter en direction d’un fonctionnement plus démocratique.

Les Etats-Membres de l’UE prennent de plus en plus conscience du manque d’efficacité des institutions internationales face aux grands défis planétaires. L’UE doit donc contribuer à améliorer la transparence, la qualité et la légitimité des décisions prises dans le cadre multilatéral, tout en renforçant l’efficacité des politiques mises en oeuvre.

Newropeans pense que l’une des premières étapes est pour de regrouper la trentaine d’agences du système de Bretton Woods (ONU, FMI, Banque mondiale, UNICEF, PNUD, OMC, FAO, etc…) en une dizaine d’organisations. Ce petit nombre d’organisations internationales devrait être soumis au contrôle direct d’un Conseil Opérationnel, composé d’une vingtaine de membres (les membres permanents du Conseil de sécurité élargi pare exemple). En outre, l’UE devrait remplacer progressivement sa présence nationale dans les organismes financiers et économiques internationaux par une représentation de l’Eurogroupe qui d’ici à 2014 regroupera presque tous les Etats-Membres de l’UE.

Dans le cas du Conseil de Sécurité, Newropeans préconise une évolution en deux temps qui reflète le processus complexe de fusion des intérêts communs et nationaux au sein de l’UE : de 2009 à 2019, les deux Etats-Membres qui possédent actuellement un siège permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU doivent s’entendre pour y faire entrer un troisième membre européen : l’Allemagne. De même, chaque continent devrait être représenté par deux à quatre membres permanents (selon la taille de sa population).

Parallèlement, au sein de l’UE, la mise en oeuvre de la politique internationale commune conduit tout naturellement les décisions des membres européens permanents du Conseil de Sécurité à être préalablement discutées au sein des instances communes européennes (Exécutif et Parlement européen). L’objectif est de définir si possible une position commune que chacun des membres européens (permanents ou pas) pourra défendre. A partir de 2019, le Gouvernement européen préconisé par Newropeans et le Parlement européen devraient déterminer les positions des membres européens au Conseil de sécurité (permanents ou non), que les Européens n’aient qu’un seul siège permanent à l’ONU ou trois.

L’UE doit aussi affirmer clairement que la lutte contre le terrorisme n’est pas une priorité planétaire. Non seulement la lutte contre le terrorisme est inefficace faute d’en traiter les causes, dont la pauvreté, mais elle est contre-productive car elle renforce méfiance, peur et haine sur toute la planète. Les ressources humaines et financières croissantes qui lui sont allouées seraient mieux employées à la lutte contre le crime organisé, la pauvreté, les épidémies, la pollution, la lutte contre les mines anti-personnelles, etc… Sur ces différentes politiques, Newropeans développera d’ici fin 2008 toute une série de propositions concrètes.

III. Instruments de la politique internationale de l’UE

1. Des ressources diplomatiques mises en commun :

Pour Newropeans, il est évident que la mise en commun d’une partie des ressources diplomatiques de nos Etats-Membres est une nécessité.

D’une part, les ressources budgétaires de nos pays, même les plus riches, ne parviennent plus à financer l’ensemble de leur système diplomatique et imposent des économies d’échelle;
– D’autre part, la mise en oeuvre d’une politique internationale commune de l’UE impose la mise en place de ressources humaines et d’outils communs.

Ainsi, pour Newropeans, il est temps de limiter les services diplomatiques intracommunautaires aux seuls institutions à vocation culturelle, scientifique ou consulaire. Le temps des ambassades entre Etats-membres est terminé et Newropeans agira en ce sens dans les années à venir. Dans la même logique, il est important de retirer l’essentiel de la politique communautaire aux ministères des affaires étrangères des Etats membres pour la confier à une administration ad hoc rattachée au chef de gouvernement. Cela permettra aux diplomates de se concentrer sur la politique internationale de l’UE comme de leur pays, au lieu de continuer à traiter les affaires européennes comme des affaires étrangères.

Ainsi, la suppression des 26 ambassades intra-communautaires de chacun des 27 Etats-Membres (702 ambassades au total), permettra de dégager des moyens humains et financiers importants pour financer une diplomatie commune active et ambitieuse.

Newropeans propose d’affecter la moitié des économies ainsi réalisées au financement du corps diplomatique communautaire et de ses instruments.

Selon Newropeans, ces instruments essentiels sont:

  • la création d’un statut de diplomate européen à durée limitée (10 ans maximum), qui imposerait la maîtrise d’au moins trois langues de l’UE et d’une langue non communautaire.
    La durée limitée de la fonction induira une plus grande rotation des personnels et des échanges constants avec les diplomates nationaux et les autres secteurs d’activités de la société européenne.

  • la création d’un puissant réseau de formation d’écoles diplomatiques, qui permettrait aux futurs diplomates communautaires d’effectuer leur formation dans trois pays de l’UE différents et deux pays non communautaires.

  • le soutien communautaire au développement de « maisons européennes » qui rassembleraient soit des ambassades, soit des services consulaires, dans les pays tiers. Ces « maisons européennes » pourraient ne regrouper que certains pays, par affinités régionales ou linguistiques (scandinaves, latins, slaves, …) ou par affinités politiques. C’est déjà le cas dans certains pays tiers avec des regroupements scandinaves, franco-allemands ou francobritanniques.

2. Un renforcement du rôle des réseaux européens non institutionnels :

Pour Newropeans, s’il y a bien des acteurs qui illustrent parfaitement l’ambition de « devenir l’acteur mondial le plus influent tout en refusant d’essayer à être le plus puissant », ce sont les réseaux européens non institutionnels, composés d’associations, d’universités, de collectivités locales, de centres de recherche, de médias, etc.

Les réseaux européens non institutionnels ont déjà construit un maillage extrêmement dense de la planète grâce à leurs actions multiformes. Ils sont des vecteurs naturels et spontanés du message général que l’UE veut véhiculer dans sa politique internationale. Ils ont cette force du concret et de l’exemple, car ce sont des gens qui sont là où vivent ceux avec qui nous devons bâtir des relations internationales durables.

Cependant, Newropeans a conscience que ces réseaux non institutionnels sont d’autant plus actifs et utiles qu’ils sont réellement non institutionnels, et qu’ils restent l’expression de la société européenne dans toute sa diversité. Ils ne doivent donc pas devenir des « auxiliaires » de la diplomatie ou des institutions.

C’est en ce sens que Newropeans propose trois mesures essentielles très concrètes pour soutenir et développer la dynamique de ces réseaux non institutionnels tout en équilibrant de manière positive les relations entre bailleurs de fonds et opérateurs non institutionnels:

  • accroître les budgets communautaires et nationaux affectés à ces actions. Une partie des économies résultant de la suppression des ambassades intra-UE pourra utilement y être consacrée.

  • consulter via Internet chaque année l’ensemble des partenaires non institutionnels financés par les programmes communautaires à l’international, dans le cadre d’une évaluation de ces mêmes programmes. Les résultats de ces évaluations annuelles seront directement transmises à la fois à l’exécutif communautaire et au Parlement européen, de manière indépendante du contrôle des institutions responsables de la gestion de ces programmes.

  • développer au sein du corps diplomatique européen et des services diplomatiques nationaux des équipes communes chargées dévaluer la qualité des actions menées par ces acteurs non institutionnels.

3. Une défense commune indépendante :

Outre la défense directe de l’UE et la sécurité de ses  citoyens, la défense commune européenne doit être au service de l’action des Nations Unies pour renforcer la paix, la stabilité et l’application du droit international. La position de Newropeans en matière de politique de défense européenne fera l’objet d’un débat spécifique une fois adoptée la proposition concernant la politique internationale commune.

Newropeans, 01-06-2007

Télécharger le pdf: [Newropeans] Grands axes du programme de Newropeans en matière de politique internationale de l’Union européenne (UE) : Devenir l’acteur mondial le plus influent tout en renonçant à être le plus puissant (01/06/2007) © Franck Biancheri Documentation & Association des Amis de Franck Biancheri (AAFB)

[divider]

Aujourd’hui le mouvement politique “Newropeans” tel qu’il avait été créé par Franck Biancheri en 2000 n’existe plus. Les archives peuvent être consultées dans le cadre du Franck Biancheri Documentation Centre géré par l’AAFB, Association des Amis de Franck Biancheri, créée en 2012 par les héritiers directs de Franck Biancheri à la suite de son décès (oct. 2012). Seules l’AAFB et la FJME (Fondation Jean Monnet pour l’Europe) à Lausanne sont habilitées à conserver et exploiter les archives de Franck Biancheri.

[divider]

[:]