Home / Remember the time / In memoriam 2017 / Sylvain Périfel, “Passer quelque temps avec Franck et Marie-Hélène suffisait à prendre la mesure de leur grande générosité”

Sylvain Périfel, “Passer quelque temps avec Franck et Marie-Hélène suffisait à prendre la mesure de leur grande générosité”

Sylvain Périfel, collborateur de LEAP2020, maître de conférences en informatique à l’université Paris Diderot (Paris 7) au LIAFA, dans l’équipe Automates et applications, auteur de livres pour enfants à l’édition l’autre livre, nous offre quelques lignes à la mémoire de Franck… Des passages indépendants concernant quatre moments différents qui lui sont venus à l’esprit.

SylvainUne question piquait ma curiosité : quels esprits brillants pouvaient bien se cacher derrière les lignes si clairvoyantes du Geab ? Comme j’étais impatient de le découvrir ! Je n’allais pas être déçu. Parfois la réalité dépasse les espérances : c’était le cas devant cet homme qui semblait tout comprendre, tout anticiper avec une profondeur peu commune. J’imaginais une équipe diverse et incroyablement perspicace – Franck incarnait cela à lui tout seul.

– – –

Clairvoyant, oui, dans ces temps troublés, c’est bien le premier mot qui me vint à l’esprit alors. Il avait fait sienne la phrase attribuée à Gramsci : « Il faut allier le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté. » Et il la portait à merveille, car non seulement comprenait-il le précipice vers lequel la société avançait, mais aussi mettait-il tout en œuvre pour l’éviter avec des actions et une énergie considérables. On a rarement la chance de croiser de telles personnes.

– – –

Ce serait réduire singulièrement le personnage de ne voir que son impressionnante clairvoyance et la profondeur de sa réflexion. Passer quelque temps avec Franck et Marie-Hélène suffisait à prendre la mesure de leur grande générosité. C’est sans doute d’ailleurs ce que j’ai le plus de plaisir à me remémorer : les quelques jours passés à Cannes, la gentillesse d’un homme pourtant tourmenté par la maladie, et ses discussions passionnantes.

– – –

Franck était quelqu’un qui entraînait les autres dans son enthousiasme et qui transmettait son goût de la « politique », dans le sens noble du terme. Quelqu’un que j’aurais tant aimé connaître plus tôt et accompagner plus longtemps.

Sylvain Périfel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top