Home / Sélection FB Doc / La grande ouverture: sur qui vont tomber les briques du Mur de Berlin? Franck Biancheri, 1989

La grande ouverture: sur qui vont tomber les briques du Mur de Berlin? Franck Biancheri, 1989

Dès avant la chute du Mur de Berlin, Franck Biancheri appelait les Européens de l’Ouest à se préparer à la grande ouverture, car pour lui, qui, avec AEGEE, avait sillonné les routes européennes et donc franchi le Mur et le Rideau de Fer (notamment avec AEGEE-Berlin et en autocar, plus de 30 heures), il était impossible que ce Mur entre les deux Allemagne résiste sous la poussée des citoyens et de l’appel à la liberté qu’incarnait le projet européen (liberté de circulation, liberté d’établissement, liberté de marché…). Se préparer à la réunification de l’Allemagne avait d’ailleurs fait l’objet d’un point clé du programme IDE (Initiative pour une Démocratie européenne) pour les élections européennes de Juin 1989.

Dès le lendemain de la chute du Mur de Berlin, Franck Biancheri posait la question «Quels résultats imprévus et peut-­être gênants pour la Communauté Européenne recèle cette soudaine décision?». Et dans son article paru le 10 novembre 1989 «Sur qui vont tomber les briques du Mur de Berlin ? Ou propositions pour une politique européenne commune», il trace les défis et les outils à mettre en place. Car même dans l’euphorie du moment il s’attachait à anticiper les différents scénarios qui se présentaient alors à l’Europe pour les 20 à 30 ans à venir.

[…/…]

C’est une véritable proposition politique dans laquelle il appelait les dirigeants en Europe de ne pas se laisser dépasser par l’événement historique qu’il représentait et d’anticiper toutes les conséquences que la chute du mur allait entraîner pour le futur de l’Allemagne et de l’Europe.

Ce seront les élargissements aux pays d’Europe centrale et orientale, et plus loin aux Balkans. Ce sera l’urgente nécessité de définir une véritable politique de voisinage commune notamment pour offrir à la Russie sa place dans les bouleversements géo-stratégiques que le continent euro-asiatique allait traverser. Ce sera aussi d’inventer les outils de démocratisation afin de permettre aux citoyens de l’Est comme de l’Ouest de comprendre, d’accompagner et d’adhérer à cette nouvelle direction que l’Europe allait prendre, tout en garantissant leur avenir dans une Europe qu’ils auront choisie de soutenir.

[…/…]

Force est de constater qu’en l’absence de vision politique et notamment en l’absence d’outils démocratiques pour porter cette vision politique, l’Europe s’enferre à nouveau dans des murs.

-L’ex Europe de l’Est parce qu’elle n’a pas encore digéré son passé douloureux sous le joug de l’URSS et recherche, comme elle l’a vécu jadis, la protection des murs.

-L’Europe de l’Ouest, parce qu’elle a, sans se l’avouer, «mal vécue» toutes les nouvelles ouvertures du fait l’absence de préparation, d’anticipation et de vision de la classe politique européenne, comme les élargissements ou l’Euro, voit ses prérogatives se dissoudre peu à peu alors qu’elle n’a toujours pas réalisé le contrepoids démocratique transeuropéen, d’où la montée des extrémismes, des souverainismes, et des atteintes aux règles communautaires comme la liberté de circulation des individus…, et des Etats qui se recroquevillent sur eux-­mêmes, alors que nous sommes dans une période où cet exercice est tout à fait illusoire, énergivore, et dispendieux.

-Le dernier Mur qui restait à faire sauter et que Franck Biancheri appelait de tout son cœur pour permettre à l’Europe de suivre enfin son propre destin, était celui du Dollar, une ouverture au monde, et notamment aux BRICS.

Mais l’Europe, sans leadership politique qui lui soit spécifiquement dédié, sous la seule pression exercée par ses Etats-­‐membres, elle aussi se resserre, et s’apprête à dresser de nouveaux murs. Ils s’appellent Ukraine/Russie, OTAN, Schengen, CETA et TTIP (car même les marchés libres sont in fine des enceintes de protectionnisme dont on se dote de façon inéluctable), ce sont aussi le mur des générations et la tour d’ivoire de Bruxelles. …

Marianne Ranke-Cormier (extraits de l’introduction au recueil « 1989-2014: D’un mur à l’autre » -octobre 2014)

👉 Sur qui vont tomber les briques du Mur de Berlin ? Propositions pour une politique européenne commune – par Franck Biancheri (10 novembre 1989)

Et, en cette année du 30ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin, nous vous invitons à relire le recueil spécial qui avait été publié en 2014, qui présente une série de textes de Franck Biancheri, mais aussi d’autres auteurs, des appels à concrétiser durablement, politiquement et démocratiquement les changements que la chute du Mur de Berlin et celle du Rideau de Fer ont entraînés, et à se servir de ce terreau, de ces briques ou de ce ciment pour construire une Europe forte, indépendante, ouverte, qui affirme ses valeurs et ses convictions dans le processus politique et démocratique, concrétisant non seulement l’espoir et les attentes de ses citoyens, mais aussi ceux du monde: 👉 1989-2014: D’un mur à l’autre (recueil réalisé par l’AAFB et LEAP2020, octobre 2014).

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top