Home / Réseau Franck Biancheri / Démon-étisation : l’Inde ouvre en fanfare le bal des QE fiscaux (GEAB, Déc 2016)
Démon-étisation : l’Inde ouvre en fanfare le bal des QE fiscaux (GEAB, Déc 2016)

Démon-étisation : l’Inde ouvre en fanfare le bal des QE fiscaux (GEAB, Déc 2016)

Depuis le 8 novembre 2016, l’Inde réalise une révolution monétaire d’une ampleur jamais vue par la taille de la population concernée et la profondeur de la transformation induite. En démonétisant les plus grosses coupures de 500 et 1000 Rs (roupies), le gouvernement indien tente de réintégrer la gigantesque économie parallèle, ou noire, ou plus simplement archaïque, du pays dans l’économie officielle. Dans une nation où 90 % des transactions s’effectuent en liquide, une part gigantesque de l’activité échappe à la connaissance du gouvernement central, et donc aux statistiques, à l’impôt et au financement des infrastructures.

fig-1Figure 1 – Proportion des transactions en liquide par pays (bleu : en volume ; rouge : en valeur). Source : Bloomberg.

Les signes avant-coureurs

Il n’y a rien de nouveau dans le fait que le gouvernement central tente d’obliger sa population à déclarer ses richesses. Par exemple, entre 1951 et 1997, pas moins de dix projets d’amnistie avaient été lancés, incitant les citoyens à déclarer leurs revenus non-officiels en échange d’un simple paiement de l’impôt majoré[1].

Lire la suite dans le GEAB 110 (15/12/2016)

Au sommaire GEAB 110

Perspectives

  • Démonétisation : l’Inde ouvre en fanfare le bal des QE fiscaux
    Depuis le 8 novembre 2016, l’Inde réalise une révolution monétaire d’une ampleur jamais vue par la taille de la population concernée et la profondeur de la transformation induite. En démonétisant les plus grosses coupures de 500 et 1000 Rs (roupies), le gouvernement indien tente de réintégrer la gigantesque économie parallèle, ou noire, ou plus simplement archaïque, du pays dans l’économie officielle…(la suite dans le GEAB 110)
    .
    Les signes avant-coureurs
    Il n’y a rien de nouveau dans le fait que le gouvernement central tente d’obliger sa population à déclarer ses richesses. Par exemple, entre 1951 et 1997, pas moins de dix projets d’amnistie avaient été lancés, incitant les citoyens à déclarer leurs revenus non-officiels en échange d’un simple paiement de l’impôt majoré[1]. (la suite dans le GEAB 110)

    Le détail de l’opération de démonétisation
    En revanche, l’opération de démonétisation des billets de 500 et 1000 Rs le 8 novembre (soit en pleine élection US) sur une période de 50 jours (jusqu’au 30 décembre) n’était pas annoncée, elle, et constitue un énorme choc, sachant que ces coupures représentent 86 % du liquide circulant en Inde, soit Rs 14 lakh crore (ou 14 000 milliards de roupies[4]).(la suite dans le GEAB 110)
    .
    .Et si ça marchait ?
    Il existe des précédents en matière d’actions de démonétisation de ce genre, dont beaucoup furent des échecs. Notamment : Nigeria (1984, raté) ; Ghana (1982, raté : les gens se tournent vers les devises étrangères et les avoirs physiques) ; Myanmar (1987, raté : a conduit à des révoltes et des répressions) ; Zaïre (1990, raté : a provoqué de l’inflation et un effondrement de la valeur de la monnaie locale face au dollar) ; Corée du Nord (2010, raté : s’est combiné à une mauvaise récolte aboutissant à des pénuries alimentaires) ; Union Soviétique (1991, raté : provoque une perte de confiance et l’éviction de Gorbatchev)[15].(la suite dans le GEAB 110)

Telescope

  • Dette chinoise, dettes mondiales, taux d’intérêt : les pays insolvables n’ont plus d’amis
    Nous avons déjà longuement expliqué que la crise prenait désormais une tournure plus politique et géopolitique. Est-ce à dire que la crise économico-financière est terminée ? Personne ne nous accusera de l’avoir prétendu et nous confirmons, si besoin était, qu’elle est bel et bien là …(la suite dans le GEAB 110)
    .
    Union africaine : une route, un continent, une monnaie (la fin du franc CFA)
    L’Afrique ! Deuxième plus grand continent du monde après l’Asie en superficie et en population, l’un des plus pauvres aussi, secoué de conflits et de guerres intestines. Surtout, avec une pyramide des âges parmi les plus jeunes au monde, tous les avenirs et espoirs sont ouverts pour ce continent qui va expérimenter dans les prochaines décennies les grands défis…(la suite dans le GEAB 110)

Focus

  • Évaluation de nos anticipations pour 2016 (issues du GEAB n°101 de janvier 2016) : 75 % de succès
    Comme chaque année en décembre, nous avons procédé à l’évaluation de nos anticipations de tendances établies au mois de janvier. Nous tombons sur une note finale de 25,5 sur 34, soit 75% de taux de réussite, deux points de plus que l’année précédente. L’année 2014 et la grande perturbation provoquée par le choc euro-russe, qui nous avaient fait descendre sous les 70% de taux de réussite, semblent digérées et une sorte de moyenne autour de 73% semble s’établir depuis 2012 et la disparition du premier directeur de la publication du GEAB, le regretté Franck Biancheri…(la suite dans le GEAB 110)

    Investissements, tendances et recommandations
    . Infrastructures vs obligations souveraines
    . Systèmes financiers : diversifiez !
    . Investissement : les green bonds africains
    . Or : alerte, pillage d’États !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top