Home / Réseau Franck Biancheri / Un 120ème Rugissant : Evaluation 2017, Bitcoin, Israël… Entre rêve et cauchemar (GEAB 120, Dec. 2017)
Un 120ème Rugissant : Evaluation 2017, Bitcoin, Israël… Entre rêve et cauchemar (GEAB 120, Dec. 2017)

Un 120ème Rugissant : Evaluation 2017, Bitcoin, Israël… Entre rêve et cauchemar (GEAB 120, Dec. 2017)

“The Bitcoin Reserve Act 2018”

Notre équipe a adopté depuis toujours une position de méfiance vis-à-vis du bitcoin. Il est pourtant évident que les monnaies électroniques font partie de l’avenir. Ce qui nous incite à la prudence, c’est le caractère structurellement spéculatif du bitcoin. Ce caractère spéculatif est à la fois ce qui rend cette « monnaie » si attractive et en fait un bateau amiral de l’expansion des monnaies électroniques, mais aussi le talon d’Achille qui nous fait anticiper qu’un jour les structures étatiques mettront plus ou moins brutalement fin à toute cette apprenti-sorcellerie.

Et n’allez pas croire qu’elles n’en ont pas le pouvoir. La Chine a fermé les places d’échanges et interdit l’achat de bitcoins à ses citoyens d’un claquement de doigts, bien que les deux tiers des mineurs de bitcoins résident sur son territoire. La Corée du Sud vient d’en faire plus ou moins autant[2].

Au vu des niveaux affolants auxquels culmine la valeur du bitcoin sans provoquer la moindre réaction des États occidentaux, nous en sommes donc arrivés à déduire que ces mêmes États sont à ce stade devenus partie prenante du jeu, ce qui n’aurait rien d’étonnant compte tenu de la combinaison de leurs niveaux d’endettement et de leur impératif de mettre désormais fin à leurs politiques d’assouplissement monétaire. Le bitcoin ferait-il partie de la panoplie des moyens que vont employer les États pour se refinancer ?

fig01Fig.1 – Cours du bitcoin en USD les six derniers mois. Source : ABCBourse

 Après tout, si de gros acteurs étatiques se mettent à acheter du bitcoin, la valeur de ce dernier ne manquera pas de monter et d’augmenter l’attractivité de cette « monnaie » vers laquelle de plus en plus de « petits porteurs » vont se décider à venir, prêts à siphonner leurs bas de laine pour une promesse d’enrichissement gigantesque, facile et rapide.

Or, on constate actuellement combien les gouvernements ne semblent avoir de cesse de nous faire injecter nos petites économies dans leur grande économie : démonétisation pour convertir les bas de laine faits de cash en monnaie traçable et taxable, incitations fiscales et bancaires à réinvestir constamment notre argent, à nous débarrasser de notre immobilier, etc. On ne peut alors s’empêcher de penser au Gold Reserve Act de Roosevelt qui, en 1934, a permis de mettre la main sur l’or des citoyens américains pour financer le New Deal[3]. Un mirage « bitcoinien » pourrait bien servir le même genre d’objectif, comme le mirage de l’Euro-Tunnel[4] a en son temps permis de financer le tunnel sous la Manche au détriment des petits porteurs qui se sont retrouvés avec… rien !

Les autres opérateurs qui s’emparent actuellement du bitcoin après avoir tergiversé, ce sont les banques comme nous le verrons dans la suite de cet article. Comment imaginer que cette catégorie d’acteurs puisse résister plus longtemps aux plus-values si juteuses que génère le bitcoin ? Le problème, c’est qu’ils vont entrer pour y faire ce qu’ils savent le mieux faire, à savoir spéculer, manipuler les cours, jouer de ses variations à la hausse ou à la baisse, contribuant autant à générer la bulle qu’à la faire éclater à la fin.

Malgré toute notre bonne volonté de remise en question de nos timidités vis-à-vis du bitcoin, nous n’arrivons donc pas à vous dire autre chose que : « Attention ! Ce bitcoin a vraiment tout d’un miroir aux alouettes. » Mais nous continuerons dans les mois prochains à explorer cet écosystème, et notamment à essayer de voir si l’arrivée de gros opérateurs sur ce marché peut se terminer autrement que par un retrait provoquant l’effondrement… Lire la suite dans le GEAB 120

logo GEABAbonnez-vous au GEAB

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top