Home / Souvenez-vous quand... / 11 mars 2015 : Bon anniversaire Franck !
11 mars 2015 : Bon anniversaire Franck !

11 mars 2015 : Bon anniversaire Franck !

Franck, aujourd’hui nous devrions te regarder souffler 54 bougies. Mais tu n’es plus là…

Et en même temps, si, tu es là… plus que jamais presque, omniprésent dans cette crise politique européenne que tu as essayé de nous éviter pendant près de 30 ans d’activisme citoyen pour démocratiser la Communauté européenne, puis l’Union européenne, puis l’Euroland… en vain, dans le désert ou presque. Même nous, tes compagnons de route, ne t’avons jamais compris aussi bien qu’aujourd’hui.

Ton « échec » à avoir empêché cette crise de survenir nous pose deux questions :

Comment faire de l’anticipation un véritable outil de prise de décision qui nous évite d’attendre d’être au fond du trou pour commencer à chercher les solutions ?

Et puis, quelle responsabilité avons-nous, nous citoyens européens, dans la gravité de cette crise ? C’est bien gentil de râler indéfiniment contre un système politico-institutionnel paralytique, de l’engueuler parce qu’il ne peut pas courir. Mais, à un moment, il faut entendre ce que paralysie d’un système veut dire et se remonter les manches pour pousser la chaise roulante.

Mais pour cela, il faut que se réveillent les citoyens qui sommeillent au fond des politiques, des fonctionnaires, des étudiants, des journalistes, des banquiers, des cadres supérieurs, de toutes ces catégories socio-professionnelles dans lesquelles un système tout-économique nous a rangés avec notre plein assentiment. C’est ce que tu as inlassablement fait pendant trente ans : nous faire prendre conscience que le pouvoir politique ne peut venir que de nous, que la démocratisation n’est pas un dû mais un devoir, que la citoyenneté n’est pas innée mais acquise, que le pouvoir politique est proportionnel à la capacité de ses citoyens à s’organiser, que finalement notre avenir est entre nos mains et que ce « méchant système politico-institutionnel » n’est qu’un outil à notre disposition dont nous devons apprendre à nous servir. On n’accuse pas un couteau de ne pas vouloir couper quand on ne s’en saisit pas… à moins d’être malhonnête.

Il y a trois jours, nous étions réunis autour de cette notion de convergence des catégories d’acteurs de la construction européenne via la réalisation d’une communauté d’intérêt, celle des citoyens européens dont nous avons estimé que les générations ERASMUS (qui n’existeraient pas sans toi et AEGEE) étaient à même de révéler.

La piste est féconde et la crise ne nous laisse pas le choix. Aujourd’hui, un nombre croissant d’Européens commencent à comprendre tes idées qui deviennent limpides et montrent la voie. Et le décloisonnement de la vie politique européenne que tu as sans cesse appelé de tes vœux peut enfin commencer.

Ton heure est venue, Franck. Merci d’être là pour nous expliquer et nous guider vers la sortie de cette crise dramatique. Après tout, si tu avais réussi à nous l’éviter, personne n’aurait jamais pu dire que tu avais eu raison. C’est le tragique paradoxe de l’anticipation politique[1] qui ne prouve qu’elle avait raison que quand elle a échoué à influencer l’avenir.

Les amis de Franck Biancheri

[1] Méthode de réflexion/action politique conçue par Franck Biancheri, formalisée dans un Manuel d’Anticipation Politique, et enseignée par la Fondation pour l’Anticipation Politique (FEFAP)

One comment

Leave a Reply to eusebio manuel vestias pecurto Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll To Top