Home / FB Doc Selection / [FR] Quand l’Iceberg Euro rencontrera l’Insubmersible Titanic UE ! (Franck Biancheri, 2001)

[FR] Quand l’Iceberg Euro rencontrera l’Insubmersible Titanic UE ! (Franck Biancheri, 2001)

Et demain démagos et populistes en tous genres vont envahir la scène politique européenne – Alors vraiment, pourquoi s’inquiéter ? Pourquoi craindre qu’en 2002, lorsque les problèmes succèderont brutalement aux beaux discours, lorsque l’actuel immense effort de manipulation politique et financière (pour maintenir hauts les coeurs et les cours), ce soient les démagogues et populistes de tous bords qui raflent la mise : qui sur le dos de la démocratie, qui sur le dos de l’Europe, qui sur le dos des immigrés ! Les technocrates, qui par nature n’ont aucun sens politique ne le craignent pas.

27/09/2001 – Quoiqu’en disent les institutions, il faut anticiper la réalité : le passage à l’Euro se fera dans les pires conditions sur fond de récession économique ! Mais non… chut… il ne faut pas “désespérer les euro-citoyens”. La croissance ? Ça ira, pas d’inquiétude à avoir ! Les attentats aux Etats-Unis n’auront aucun impact en Europe. Le passage à l’Euro ? Tout est parfait. Ce sera un vague petit incident vite oublié.
Le soutien des citoyens au processus communautaire ? Aucun problème. D’ailleurs, les attentats aux Etats-Unis ne renforcent-ils pas la nécessité de la construction européenne ? Au passage, on pourra remarquer que les attentats ont un effet ou aucun effet … selon les besoins de la démonstration.

La parodie de l’Euro-Baromètre qui ne mesure que la volonté du système de se rassurer

Quant à l’Euro, si l’on s’appuie sur cette parodie d’observation politique que constitue l’Euro-Baromètre, et ses questions comme ” Croyez-vous être bien informés ? “, il est certain qu’on peut voir l’avenir en rose … et oublier que la question devrait être qualitative “Comment êtes vous informés ? de quelle information disposez vous ?”.

Je peux croire que l’Euro vaudra 2 FF et croire être bien informé. L’Euro-Baromètre ne mesure en fait qu’une seule chose : la nécessité pour le système communautaire de se rassurer sur l’avenir. Rien d’autre. Les questions sont orientées en ce sens … et les chiffres aussi si nécessaire. Mais revenons, au discours dominant. Je comprends, bien entendu, que le rôle d’un ministre des finances ou d’un banquier central n’est pas d’affoler les bourses ; mais de là à croire que c’est en niant la réalité qu’on peut préparer ses concitoyens à affronter l’avenir, il y a un saut immense.

Car cette réalité existe. Elle s’affirme tous les jours dans les faits. Les bourses ont perdu 50% de leur valeur en un an ; les résultats d’un nombre croissant d’entreprises se détériorent rapidement ; le chômage remonte ou ne baisse plus ; suite aux attentats, des secteurs entiers, comme l’aviation, les assurances ou le tourisme font face à des problèmes immenses ; et suite aux représailles américaines, il est plus qu’improbable que les choses s’améliorent.

Par ailleurs, les mêmes qui croyaient que la “bulle Internet” était saine sont toujours aux commandes ; les mêmes qui ont joué à cet immense gabegie autour des licences UMTS sont toujours en fonction ; les mêmes qui ont pondu ce magnifique “Pacte de Stabilité” autour de l’Euro qui va être lâché en plein vol d’ici 5/6 mois ; les mêmes qui ont permis la crise de la Vache folle sont toujours là aussi … à Bruxelles, Paris, Londres, Berlin ou ailleurs. Imaginez l’ampleur de leur expérience … si elle est bien, comme le disait Oscar Wilde, “le nom que les hommes donnent à la somme de leurs erreurs”.

Et demain démagos et populistes en tous genres vont envahir la scène politique européenne

Alors vraiment, pourquoi s’inquiéter ? Pourquoi craindre qu’en 2002, lorsque les problèmes succèderont brutalement aux beaux discours, lorsque l’actuel immense effort de manipulation politique et financière (pour maintenir hauts les coeurs et les cours), ce soient les démagogues et populistes de tous bords qui raflent la mise : qui sur le dos de la démocratie, qui sur le dos de l’Europe, qui sur le dos des immigrés !

Les technocrates, qui par nature n’ont aucun sens politique ne le craignent pas. D’ailleurs, ils pourraient même s’en accommoder comme ils se sont accommodés du reste. Hitler et Staline ont bien eu besoin de bureaucrates, non ? Mais non, ne nous inquiétons pas, d’ailleurs regardons le fameux débat démocratique sur l’avenir de l’Europe … Personne n’y participe. Ceux qui sont au courant s’en moquent ; et les autres se demandent ce qui va arriver concrètement l’année prochaine et les suivantes. S’il n’y pas de moyens démocratiques pour choisir/sanctionner des responsables … et bien, attendons-nous au succès de toutes les forces démagogiques que compte l’UE.

Comme c’était prévisible (cf. Newropinions précédentes), il n’y a déjà plus d’espace pour ce “débat démocratique”. C’est déjà vrai au niveau national ; alors ne parlons même pas du niveau européen, où la Commission est désormais totalement incapable de susciter la moindre action au-delà d’un périmètre de 500 mètres autour du Rond Point Schuman (épicentre géographique des institutions à Bruxelles).

Quand l’Iceberg Euro rencontrera l’Insubmersible Titanic UE !

La construction européenne des 50 dernières années s’est progressivement écartée d’un savant cocktail de hauts fonctionnaires brillants, de politiques audacieux, de managers géniaux et d’une administration de mission … pour arriver depuis plus d’une décennie à une Eurocratie médiocre composée de comptables sans imagination, d’aventuriers attirés par l’ “or” de Bruxelles, de lobbies plus opaques les uns que les autres et de technocrates arrivistes sans talents particuliers autres que leur capacité à servir les intérêts des plus puissants … tous persuadés d’être dans une administration de gestion (notamment de gestion d’un pouvoir européen … pourtant bien virtuel). Il existe toujours un bon tiers de fonctionnaires européens possédant les qualités requises mais ils sont depuis des années muselés et piégés dans une machine à la dérive. Une dérive qui s’accroît depuis deux ans contrairement aux objectifs affichés.

Les politiques, quant à eux, n’existent plus depuis longtemps dans ce jeu …sauf pour les photos de famille lors des Sommets européens … leur “formation nationale” (dans tous les sens du terme) les empêche de comprendre grand-chose au grand jeu communautaire … et encore moins de l’influencer sérieusement. Au niveau communautaire, les politiques sont de toute façon prisonniers de leurs administrations : sans réseaux européens, sans expérience politique européenne. Ils ne sont que les paravents du système euro-bureaucratique.

Voilà avec quelle armée de “serviteurs dévoués et compétents” la collectivité de 350 millions d’Euro-citoyens va affronter les prochains mois et prochaines années. Mais pas d’inquiétude … tout va bien … et tout ne peut qu’aller encore mieux. Le passage à l’Euro sera une promenade de santé ! Et le Titanic était un bateau garanti insubmersible. Au fait, question certainement sans importance, d’où viendront les mouvements et leaders politiques européens qui s’opposeront aux démagogues et populistes demain et ancreront la construction européenne dans un cadre démocratique ?

Franck Biancheri, 27/09/2001

(Montage photo ©Franck Biancheri)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top